La Fondation Vallet, en collaboration avec l’association Rencontres du Vietnam, remet chaque année 2250 bourses. Comme au Bénin, la grande majorité des meilleurs élèves du pays ont été boursiers Vallet et occupent désormais des fonctions souvent importantes dans leur pays ou les pays voisins.
Les boursiers sont sélectionnés par des jurys bénévoles parmi les meilleurs élèves des lycées d’excellence des 63 provinces et villes autonomes. Le meilleur lycée du monde aux Olympiades mondiales scientifiques, Hanoï Amsterdam, bénéficie ainsi de trente bourses chaque année. Mais des bourses sont aussi remises aux meilleurs élèves des internats des 54 minorités ethniques ainsi qu’à des élèves des villages d’enfants S.O.S. L’un de ceux-ci a bénéficié de la bourse pendant douze ans… Mais c’est une exception : face à l’énorme demande (le Vietnam comporte 23 millions d’élèves et d’étudiants contre 3 millions au Bénin), les bourses ne peuvent généralement être attribuées que pour deux ou trois ans et à partir de la classe de 11ème (1ère en France). Le taux de réussite aux examens avoisine les 100 %.
Par ailleurs, dans quatre villages d’enfants S.O.S. (Vinh, Dong Hoï, Hué, Dalat), la Fondation prend en charge les frais d’ordinateurs, de cours supplémentaires et de vélos des adolescents, ce qui constitue des quasi-bourses (environ 150) et augmente grandement les succès aux examens.
Enfin, grâce à notre action, les lycées Hanoï-Amsterdam et Quoc Huoc (à Hué) sont jumelées avec Louis-le-Grand et Henri IV, meilleurs lycées d’Europe.
Odon Vallet et la Vice-Présidente du Vietnam (gauche) ; Odon Vallet et deux boursiers de la ville de Dalat (droite)