A Porto-Novo, sur le site du C.A.E.B., la Fondation Vallet a entièrement financé des laboratoires d’anglais, d’espagnol et d’allemand. Cette innovation permet d’élever le niveau très bas en langues des Béninois. Elle illustre aussi la dimension internationale de la Fondation de France. Comme dans les bibliothèques, les méthodes pédagogiques sont renouvelées et éprouvées. Les anglophiles obtiennent 100 % de succès au BAC contre 40 % en moyenne nationale : les langues vivantes deviennent un plus pour obtenir le diplôme alors qu’elles sont responsables de nombreux échecs dans un pays où le français est souvent la première langue étrangère. Quand on parle une langue locale à la maison, l’anglais devient la troisième langue étudiée. Comme pour les bibliothèques, l’accès est quasiment gratuit (un euro et demi pour deux mois d’apprentissage quotidien).